Le tintement des larmes des oiseaux du Crystal

amour itinéraire poésie prose romance

Parcours initiatique d'un apprenti amoureux

Il s'agit ici du quatrième recueil de l’auteur, après sa trilogie poétique publiée sous le titre générique « Le cri des autres », « Le Cri des Autres », « Entre Bitume et Champs » et « L’enfant des Poubelles » (Editions Sydney Laurent). Il nous livre ici le cheminement fantasmé de l’amour, mélange de textes poétiques et de poèmes en prose, qui prend sa source et son inspiration au hasard du regard d’un couple d’amoureux croisé au sortir d’un hôtel de Reims, alors que ses pas l’avaient poussé à emprunter quelques instants le chemin du centre-ville, là où ses textes ont été conçus. « J’ai vu tant d’amour ce jour dans les yeux de cette inconnue qu’il m’est venu, comme une évidence, le besoin d’en faire le parcours initiatique d’un apprenti amoureux, comme si j’avais été celui qu’elle tenait à son bras. »

« L’écriture, c’est comme la vie ou la mort, c’est quelque chose en nous qui ne nous lâche jamais, dès lors que l’on pose le premier mot sur le papier »

17.90

Effacer
Détails
Nombre de pages
216
Dimensions
14,8cm × 21,0cm

Pascal Depresle est né en 1966 à Montluçon. Passionné de lettres et d’écriture, son parcours chaotique l’a amené à traverser la France durant plusieurs décennies dans le monde du transport, s’enrichissant au fur et à mesure qu’il rencontrait des gens authentiques et leur culture.

Après ces premiers recueils, cet auvergnat et bourbonnais, féru de littérature, Fallet, Faulkner, les poètes du moyen-âge comme tout près de nous Cécile Coulon, et de musique tels Brel, Brassens, Ferré ou Clapton, place désormais l’écrit au centre de sa vie.

 

  •  itinéraire
  •  prose
  •  romance
  •  poésie
  •  amour

 

 

 

Vous aimerez également

Textes photographiques impudiques écrits pendant le confinement en raison du COVID qui parlent de l’urgence de vivre, de mourir, d'aimer et d'être. Une sortie sans masque ni filtre dans le monde bleu des urgences de nuit.
Bleu urgences
11.50
À travers ce recueil, Sans couleurs ajoutées, l'auteur a voulu nous parler de la vie, de sa vie et de celle de ces humains qu'il ne croisera sans doute jamais. Le silence assourdissant des cris que l'on n'écoute plus, les cicatrices, ces petites perles de sang, comme mille gouttes de pluie qui surgissent lorsque l'on se frotte aux murs de la vie. Sans couleurs ajoutées est comme la vie, ...
Sans couleurs ajoutées - Tome II
11.50
Après Le Tintement des Larmes des Oiseaux du Crystal (Editions Le Lys Bleu), l'auteur nous livre ici comme une suite un long cri d'amour, le besoin de dire une dernière fois nous avons vécu, de mettre en mots cette croisade folle et sans issue de ce qui fut, de ce qui n'est plus. L'espoir de ce qui aurait pu être aussi, quand rien ne résiste au temps. Des mots pour t'exister, un ouvrage qui ...
Des mots pour t'exister (Décembre n'existe pas)
11.50
« L’amour n’a pas de temps ni d’espace. Il est l’union de deux êtres dont les âmes se sont reconnues. La mort elle-même ne pouvant les séparer, Elles s’étreignent au-delà de l’éternité. Pour toujours unies l’une à l’autre, Elles ne forment plus qu’un seul être, À tout jamais et au-delà des stèles. »
Les maux de Tara
12.00
« Vogue du regard dans un berceau meurtri Tant d’années éclairées pour un morceau d’abîme Frissonnant au coin des lumières de jadis Je plonge ma main dans un azur d’étoiles Rouges et vertes, immenses dans leurs robes éclatées Elles donnent aux cœurs des vivants le calme de l’aurore Ô bleu de mon innocence, je te garde pour l’éternité. »
Fracas du couchant
13.50
Les contes de la fougère regroupe six histoires fantastiques qui nous emmènent au cœur d’une nature surprenante et insoupçonnée. Ces récits mettent en avant des personnages, des lieux chargés de magie et emprunts d’une autre réalité.
Les contes de la fougère - « Mystères de Corrèze »
11.70
« Étincelle de mystères, Me ronge à tort et à travers, Mais il n’y a rien de plus sincère, Que notre amour éphémère, Semblant d’une guerre, Me faisant parcourir l’univers, Doté d’un certain caractère, Qui se vaudra nucléaire. Que j’aime notre atmosphère, Envolons-nous vers Jupiter, Ma chair. »
Aphorisme
12.00
« Moi je ne suis qu’un homme croyant à l’indulgence Et je ne regrette pas de t’avoir dans ma manche Même s’il faut payer chers, mes mots et mes croyances Je crierai mes envies au monde de la chance ». « Les fantômes sont partis, ils fuient la saison morte Alors je me suis assis pour attendre que tu sortes Le vent aigri se rue, à l’assaut de ta porte Mais tu n’es pas ...
La vie n’est pas un long poème tranquille…
19.20
Une voix, une nuit retrace le parcours d’une expérience d’écriture poétique. Face aux crises majeures qui défient nos sociétés, Marie-Madeleine Boursaly choisit de s’engager dans une recherche artistique. Après Les oubliés, histoires de solitudes, recueil de nouvelles paru en 2018 et Le passe muraille, roman épistolaire publié en 2019, elle exprime dans cet ouvrage son ...
Une voix, une nuit
11.70
Lui, est un ancien chanteur un peu ringard des années 70. Elle, jeune fille de 18 ans, est serveuse le jour et chanteuse les soirs de bal. Dans ses bras, il veut goûter à nouveau aux délices de l’amour. Grâce à elle, il souhaite connaître la gloire par procuration, comme un Pygmalion des temps nouveaux, comme une comédie musicale, avec des relents de rumba…
Elle venait d’avoir 18 ans
14.80
« L’âme joue un son mélodieux que j’écoute. L’âme m’inspire ces mots que j’écris. L’âme se pare de mille couleurs que je peins. La gouache de l’âme est, une nouvelle fois, la libération d’un inconscient furtif construit sur une vie pleine de sentiments, de rires et de désirs. Ces textes s’enchaînent dans un tintamarre de réflexions profondes et de futiles ...
La gouache de l'âme
12.40
Par l’intermédiaire des portraits des artistes de son panthéon tels que Modigliani, Céline, Basquiat, Kahlo et bien d’autres, Carl Bowazolo se raconte en évoquant Hochelaga. Arrondissement de Montréal, au Canada, cet endroit fut le lieu de son exil boréal du temps de son épreuve doctorale.
Hochelaga
11.70
Paris, le 8 juillet 1998. Avertie, par un appel anonyme, qu’une femme se fait frapper, la police intervient rue Boyer Barret, chez Véronique Beauséjour, élève avocate et fille d’un ancien secrétaire d'État auprès des victimes. Elle gît à même le sol, mortellement blessée, une plaie à la tempe. À ses côtés, affalé sur un canapé, ivre et endormi, se trouve José, son ...
Du sang sur la robe
20.70
1 2 3 355