Votre panier est vide.

Les fêtes de fin d’année sont un moment exceptionnel pour le domaine de l’édition. Elles arrivent à la suite de la rentrée littéraire de septembre marquée par les distinctions des meilleurs ouvrages. Les ventes sont boostées par les prix littéraires et atteignent leur pic à la veille des festivités. Comment peut-on comprendre l’intérêt pour le livre pendant cette période ?

Le sens du cadeau de Noël

La symbolique de la remise des cadeaux pendant les fêtes de Noël est une vieille pratique héritée de la Rome antique. Chez les chrétiens, elle est justifiée par le livre de la Nativité du Christ selon lequel, à la naissance de l’Enfant Jésus, les rois mages vinrent avec des présents (or, encens, myrrhe) pour l’adorer. Au-delà de ces considérations d’ordre historique et religieux, donner en cette période est un acte qui va bien au-delà d’une simple transmission. Il s’agit aussi d’exprimer sa proximité affective avec ses proches.

En premier, il se justifie par le but de faire plaisir à votre ami, enfant ou frère et de lui montrer à quel point vous appréciez les moments que vous partagez ensemble. Ensuite, par une offre précise, vous démontrez à votre proche que vous le connaissez bien. Enfin, un cadeau bien choisi montre à son destinataire que vous vous préoccupez de lui. Par ailleurs, même si tout ce qui est utile peut servir à cet effet, certains dons ont une symbolique plus forte que d’autres. C’est le cas du livre qui est très sollicité pendant les fêtes de fin d’année.

Le livre, un cadeau approprié pour Noël

Les ventes effectuées par les librairies pendant cette période positionnent les ouvrages comme l’un des objets privilégiés pour les échanges lors des fêtes de fin d’année. Plusieurs raisons peuvent justifier l’engouement des Français pour les écrits. En premier, offrir une lecture peut se révéler comme un moment de partage. On ne donne pas un ouvrage au hasard. Il faut avoir une idée de son contenu et savoir en quoi il peut intéresser le bénéficiaire. Compte tenu du nombre de livres disponibles, offrir un roman, un recueil de poésie ou un livre d’art doit être le résultat d’un choix unique et judicieux.

En plus des échanges d’un savoir ou d’une expérience spécifique, un livre classé dans notre bibliothèque constitue une partie de notre patrimoine. On peut le relire avec plaisir ou le conserver pour ses proches. Il peut être transmis d’une génération à une autre, tout en gardant le même intérêt. Un autre aspect important d’un document écrit comme cadeau est son prix. Hormis les livres de collections qui valent une petite fortune, tout le monde peut trouver son compte même avec un budget limité en cette période où les dépenses des ménages explosent.

Offrir un cadeau pendant les fêtes de fin d’année constitue un rituel auquel une bonne frange de la population à travers le monde s’adonne avec joie aujourd’hui. Vous disposez désormais de bonnes raisons pour transmettre un livre. Vous trouverez au moins un ouvrage à offrir à chacun de vos proches dans notre catalogue.

 

Le rapport entre le livre d’aujourd’hui et celui à son origine reste essentiellement l’écriture sur un support. Avant l’invention de l’imprimerie au 15ème siècle, tous les ouvrages étaient écrits à la main sur un support souple. A partir de cette période, le manuscrit s’est détaché pour devenir un élément à la base de la réalisation de tout livre. 

Evolution du manuscrit

Le manuscrit dans son sens strict désigne tout texte écrit à la main sur du papier. Dans le domaine du livre, il révèle un texte original produit par un auteur en vue de sa transformation en livre. Vu sous cet angle, cet instrument essentiel à la fabrication de tout ouvrage s’est adapté au fil du temps. Les principaux changements observés correspondent au développement des sciences et de la technologie. Ils concernent à la fois le support sur lequel le texte est écrit et l’outil d’écriture.

En ce qui concerne la rédaction, nous avons quitté progressivement la plume pour glisser vers le clavier d’ordinateur en passant par le crayon à bille et la machine à écrire.

L’avènement et la vulgarisation de l’ordinateur depuis la fin du 20ème siècle ont quasiment effacé complètement la machine à écrire. Pourtant, l’usage du stylo est maintenu dans la pratique même si ce n’est pas dans le but de rédiger uniquement un manuscrit. Le clavier dédié à l'écriture représente seulement une partie infime de l’utilité de l’ordinateur. Cette machine permet également d’avoir un espace virtuel sur lequel le texte est rédigé et mis en forme.  Cette interface qui représente un format A4 remplace le papier. Son usage sous la forme physique intervient uniquement en dernier ressort pour l’impression du texte final.

Du manuscrit au livre

Une fois le manuscrit finalisé, il est envoyé à la maison d’édition sous un format physique ou virtuel. Cette initiative marque le début des démarches pour son édition. Cette phase est décisive pour l’auteur, car elle traduit la mise à disposition de sa création à une entité extérieure pour appréciation et publication éventuelle. Cette période se caractérise très souvent par une certaine appréhension chez les auteurs débutants notamment. Pour les éditeurs qui refusent ces manuscrits, une simple correspondance suffit pour signifier leur manque d’intérêt.

A contrario, si le manuscrit suscite une quelconque attention chez l’éditeur, l’auteur recevra une proposition de contrat et marquera le début d’une collaboration en vue de la production du livre. Cet accord inclut la correction, la conception de la couverture, la mise en page, le tirage, la diffusion et la distribution, la promotion et la vente de l’œuvre.

Dans le processus de fabrication du livre, le manuscrit demeure un élément essentiel. Il représente le premier réceptacle des idées et des mots qui deviendront plus tard peut-être un chef-d’œuvre ou un best-seller. Préalable incontournable à l’existence de tout ouvrage, cet élément qu’est le manuscrit a su s’adapter aux évolutions technologiques.

Toute œuvre doit bénéficier de droits reversés à son auteur dès lors qu’une exploitation commerciale en est faite. C’est le cas, d’une chanson, d’un film, de l’image d’une personne ou d’un livre.
L’exploitant doit ainsi reverser ces droits à l’auteur de l’œuvre, à dates ou périodes régulières et selon un accord contractuel signé avant le début de l’exploitation.

Le cas du livre

La maison d’édition qui publie un ouvrage signe un contrat d’édition avec son auteur. Ce document prévoit le pourcentage des ventes qui doit être reversé et la périodicité des versements. Il prévoit également l’établissement d’une reddition des comptes, récapitulation détaillées des mouvements sur le livre.
Le taux de ces droits varient d’une maison à une autre et est en général de 8 à 10% pour les maisons à compte d’éditeur et peut monter jusqu’à 35% pour les maisons à compte d’auteur (qui ne vendent quasiment pas de livres). L’état récapitulatif (reddition) doit comprendre un état de stock quantitatif (stock de début de période + impressions réalisées – ventes effectuées = stock de fin de période) ainsi que le montant des ventes encaissées. Il est également distingué entre édition brochée et édition numérique.

Et au Lys Bleu ?

Nous nous conformons scrupuleusement aux contrats que nous signons en éditant une reddition pour chacun de nos auteurs une fois par an en février et en versant les droits en avril.
Nous vendons nos titres sur de très nombreuses plateformes de vente en ligne et nous devons obtenir les chiffres de chacune d’entre elles afin de pouvoir établir la reddition des auteurs et deux mois sont nécessaires pour collationner l’ensemble, le vérifier et établir les redditions correspondantes.

Quel taux ?

Nous proposons un taux uniforme de 13% à tous nos auteurs. Il s’applique dès le premier exemplaire vendu et sans limite de nombre de ventes. C’est bien plus que ce que la plupart de nos confrères éditeurs à compte d’éditeur proposent (le plus souvent 8% et quelquefois 10%) car nous avons souhaité partager à parts égales le solde du compte de résultat de nos ouvrages. En effet, après avoir déduit les différents frais d’intervenants (distributeur, diffuseur, libraire) du prix de vente du livre, il reste environ 26% à distribuer. Au Lys Bleu Éditions, nous partageons en deux, 13% pour l’auteur, 13% pour l’éditeur.

Publier un livre n’est pas une si mince affaire qu’on pourrait l’imaginer au premier abord mais faire un succès d’un ouvrage publié est encore bien plus difficile aussi de nombreux métiers différents se partagent les tâches à réaliser afin de parvenir à ce Graal qu’est la vente d’un livre.

La conception

La première chose que se doit de réaliser un éditeur digne de ce nom est de corriger ou de faire corriger le manuscrit qu’il se propose de publier. Pour cela, il a à sa disposition des outils informatiques mais ceux-ci ne peuvent pas encore donner un résultat suffisant pour une édition professionnelle aussi le seul moyen de correction actuel reste la lecture par un humain. Il s’agit là de la tâche la plus longue et la plus périlleuse de l’ensemble de la chaîne de conception du livre car une erreur ou un oubli peut être fatal au livre. Le travail consiste à corriger l’orthographe, la grammaire, la typographie et la syntaxe.
Au Lys Bleu Éditions, nous n’imposons pas de modification profondes dans les textes de nos auteurs car, ceux-ci ayant été retenus drastiquement par notre comité de lecture, nous aurions mauvaise grâce à demander des changements importants. En revanche, nous pouvons proposer ces remplacements en marge du texte et seul l’auteur décide d’appliquer ou non nos conseils.
Une fois corrigé le texte sera confié aux metteurs en page qui lui donneront l’apparence d’un livre fini.
La seconde étape primordiale pour créer un beau livre et la conception de sa couverture. Que ce soit la mise en place d’une image ou d’un dessin ou, de manière plus élaborée, la création d’un assemblage permettant une véritable mise en scène, tout doit concourir à envoyer des signaux positifs : la couverture est la première chose qui retient l’attention du lecteur.
D’autres tâches sont également réalisées comme l’enregistrement de l’ISBN ou la récupération d’informations et la création des prémices de la fiche de promotion.
À la fin de cette étape, l’auteur reçoit les BAT (papier ou numérique) de son texte et de la couverture.

L’imprimerie et la publication

Nous passons ici à d’autres corps de métier, ceux qui vont permettre que le livre se transforme en objet. Les fichiers texte et couverture sont alors transformés pour être transmis électroniquement aux imprimeurs et les fichiers de l’édition numérique (Mobi…) sont créés avec ce que cela représente de difficultés techniques.
Enfin, ils seront mis en ligne sur les différentes plateformes en ligne et intégrés aux base de données des libraires.

La promotion

La dernière phase, et non la moindre, de la création d’un livre, et ce qui fera de lui un succès, consiste à promouvoir l’ouvrage et son auteur. Pour cela des animateurs éditoriaux et des représentants commerciaux prendront contact avec les libraires, les journalistes et les blogueurs pour permettra la mise en rayons des titres publiés. Cette étape est très importante car, sans elle, l’ouvrage restera inconnu du public.

Et au Lys Bleu Éditions ?

Notre processus de publication recouvre 32 étapes, celles évoquées ici et toutes celles qui sont nécessaires afin que le processus soit fluide. Une publication peut être réalisée en quelques mois mais nous savons aussi être réactifs pour pouvoir surfer sur la vague d’une actualité par exemple.

Il existe trois types d’éditeurs : à compte d’éditeur, à compte d’auteur et auto-éditeur.
L’éditeur à compte d’éditeur prend à sa charge l’ensemble des frais liés à la publication, l’éditeur à compte d’auteur demande à l’auteur de prendre à sa charge tous ces frais (pour un montant variant de 1500 à plus de 4000 euros) et l’auto-éditeur (ou auto-édité) prend à sa charge les frais et la gestion de la publication.

L’éditeur à compte d’éditeur

Un bon éditeur dispose d’un comité de lecture qui lui permet d’évaluer les manuscrits qui entrent dans sa maison. Il fait établir des fiches de lecture par ses lecteurs qui lui permettront de proposer une publication. Généralement, une personne a pour charge de décider si oui ou non le manuscrit reçu peut intéresser ces lecteurs et de très nombreux restent à la porte du comité sans jamais être évalués.
Il corrige ou fait corriger le manuscrit qu’il souhaite publier. Ce travail couvre l’orthographe mais également la grammaire et la ponctuation. Un travail de correction plus profond (syntaxe) peut être réalisé mais n’est pas systématique.
La tâche de l’éditeur se poursuit par la mise en page du manuscrit afin de donner au travail de l’auteur une apparence qui en permettra la lecture. C’est alors, qu’un exemplaire (numérique ou papier) sera adressé à l’auteur afin que celui-ci valide (ou non) le travail effectué.
L’éditeur prend également à sa charge la conception d’une couverture. Selon les cas, la 1ere de celle-ci sera uniquement composée du titre et du nom de l’auteur ou un visuel sera utilisé pour créer l’atmosphère du livre.
Une fois l’ouvrage conçu, il sera imprimé en autant d’exemplaires que prévu au contrat et sa promotion débutera. L’éditeur enverra des services presse à des journalistes écrivant sur la thématique du nouveau titre et proposera à son auteur une ou des dates de dédicace en librairies.
Aucun frais ne sera demandé à l’auteur qui ne prendra donc rien à sa charge.

Et Le Lys Bleu alors ?

Nous ne demandons aucun argent pour la conception, l'imprimerie et la promotion des ouvrages de nos auteurs. Notre budget maximum par titre est de 3.700 euros. En revanche, nous demandons à nos auteurs de s'impliquer dans la promotion de leurs livres afin de faire un relais local. Nos actions portent en général sur des séances de dédicaces plus nationales (grandes enseignes) et nous apprécions que nos auteurs relaient nos efforts au niveau de la ville ou du département. Afin de permettre cette implication, nous demandons à nos auteurs d'acquérir 40 livres (qu’ils vendront naturellement) avec une remise de 30%, cela nous garantit de cette aide précieuse.

Oui mais concrètement ?

Tous les manuscrits qui entrent dans notre maison sont évalués par les très nombreux lecteurs qui composent notre comité. Une vingtaine d’entre eux établit une fiche de lecture qui, après compilation par un gestionnaire éditorial, permet d’obtenir un avis favorable ou défavorable à la publication.
Puis notre maison prend à sa charge, comme toute maison d’édition à compte d’éditeur,
- La correction
- La mise en page
- La couverture
- L’impression
- La promotion
Et l’auteur n’a rien à payer pour cela. Notre investissement est en moyenne de 2.600 euros. Nous appliquons ensuite la règle qui nous garantit que l’auteur nous suivra plus loin que la conception de son ouvrage et qu’il viendra en dédicaces, répondra aux appels téléphoniques des blogueurs ou se déplacera pour rencontrer les journalistes qui souhaitent l’interviewer. Le prix de nos ouvrages étant minutieusement calculés afin de ne pas être prohibitifs, le montant engagé par l’auteur peut varier de 300 à 600 euros. Ce montant sera acquitté à la même régularité que les ventes qui sont effectuées pas l’auteur n’entraînant ainsi aucune charge financière, nos conseils sont là pour y aider.

Donc compte d’auteur ou pas ?

Un éditeur à compte d’auteur a encaissé l’ensemble du coût de la conception ainsi que la marge correspondante et n’a donc aucune raison de souhaiter vendre l’ouvrage. C’est ainsi qu’il est possible de parler de prestataire de services et non d’éditeur.
Notre cas n’est absolument pas le même puisque nous aurons besoin de nous rembourser les sommes investies (environ 2.600 euros) avant de pouvoir commencer à gagner quoi que ce soit. Ayant le besoin de pérenniser notre maison dans la durée pour les auteurs déjà à notre catalogue, nous nous devons de vendre nos titres. C’est une garantie pour nos auteurs qui savent trouver en nous de véritables partenaires.

Voici 10 ans encore, il était de notoriété publique qu’un éditeur à compte d’éditeur ne devait jamais demander le moindre centime à son auteur. Notre modèle, novateur, est différent mais il ne remet pas en cause l’essentiel : que de beaux livres sont publiés, à des prix leur permettant de trouver leur lectorat et avec une promotion leur permettant d’être vus et donc achetés.
Nous sommes fiers de découvrir chaque jour de nouveaux talents littéraires qui ont écrit de beaux textes et de donner aux auteurs retenus l’opportunité d’être publiés.

Les éditeurs choisissent le ou les genres littéraires qu’ils publieront au cours de l’existence de leur maison. Souvent par goût ou affinité quelquefois par calcul commercial. C’est ainsi que des éditeurs sont spécialisés dans la fiction ou au contraire dans les documents et publications techniques alors que d’autres se concentreront sur la poésie.
Choisir une ligne éditoriale n’est pas une mince affaire excepté si l’on est féru et passionné par un genre littéraire. C’est souvent le cas des éditeurs de fantasy qui sont avant tout des lecteurs de ce genre littéraire très complet. Pour le reste, il n’existe pas de règle et chaque éditeur avance selon son bon vouloir en déterminant un ou trois genres qu’il mettra en avant dans sa maison.

Et Le Lys Bleu ?

Nous avons opté pour une autre méthode : celle de publier toute la littérature de fiction et la poésie et nous devons nous en expliquer.
La poésie tout d’abord : ce genre littéraire semble voué à une perte et à une disparition inévitables du fait du manque de lecteurs. La modernité de notre monde, la vitesse de ses actions semblent être des facteurs refusant le calme, la tranquillité et la beauté que suggèrent les vers. Nous pensons au contraire que, parce qu’un art est attaqué, il est nécessaire de le défendre pour le faire vivre encore et encore. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé l’ouverture d’une collection dédiée à la chose poétique.
La fiction : nous aimons la littérature, la lecture et les auteurs et nous n’avons pas pu nous résigner à limiter notre action d’éditeur aux seuls quelques genres qui nous semblaient suffisamment porteurs pour être rentables pour notre maison. Pourquoi passer à côté des merveilles d’un paysage au simple prétexte qu’on ne regarderait que dans une direction ? La littérature foisonne de beautés rares dans des textes sublimes, certains « sous-genres » plus modernes proposent des types d’écriture novateurs qui pourraient bien révolutionner l’écriture dans les décennies à venir. Nous ne voulons pas passer à côté de ces pépites aussi avons-nous ouvert notre maison à toute la littérature quelle qu’elle soit.

Pas de contrôles ?

Si, bien entendu. Nous acceptons de lire tous les textes de tous genres qui nous parviennent mais ils sont drastiquement sélectionnés pour être ou non publiés. Notre credo : toute la littérature mérite d’être publiée à la condition qu’elle soit de bonne qualité.

Le Lys Bleu Éditions annonce un nouveau partenariat avec La Poste de Côte d’Ivoire dans le cadre son activité de e-commerce Sanlishop.ci

Quelques semaines après avoir annoncé l’extension de sa diffusion à l’International sur les États-Unis, le Canada, l’Australie, et l’Afrique francophone, c’est une nouvelle étape importante pour les Éditions du Lys Bleu qui annonce un partenariat avec La Poste de Côte d’Ivoire.

La Poste de Côte d’Ivoire se veut à l’avant-pointe des technologies et offre de très nombreux services numériques aux Ivoiriens. En parallèle des services postaux, une marketplace www.sanlishop.ci a vu le jour.
Cette place de marché virtuelle propose aux Ivoiriens des produits de toutes catégories et propose un paiement en ligne sécurisé, avec bien entendu, une livraison proposée par leurs soins.
C’est dans le cadre de ce site de vente en ligne que Le Lys Bleu Éditions et La Poste de Côte d’Ivoire ont signé un partenariat exclusif pour la vente de ses ouvrages en version numérique sur leur plateforme.
Une catégorie spécifique va être créée sur le site du diffuseur pour la disponibilité de ces produits au grand public.
C’est pour La Poste de Côte d’Ivoire une grande première également car pour la première fois des livres numériques vont être mis en vente sur leur site.

Ce partenariat est l’occasion pour le Lys Bleu Éditions d’élargir encore davantage sa zone de diffusion internationale, augmentant ainsi la visibilité de ses auteurs et rendant la lecture accessible au plus grand nombre.
Rappelons que les livres du Lys Bleu Éditions sont disponibles en France, en Belgique, en Suisse, aux États-Unis, au Canada, en Australie et dans 24 pays africains.
Le Lys Bleu Éditions est une maison d’édition généraliste fondée en 2017 qui propose des ouvrages de littérature de l’imaginaire (romans, nouvelles, poésies). La maison est associée à Sodis pour la distribution de ses livres au format broché et à Primento pour celle des livres numériques.

Pendant toute cette période de restrictions de déplacements et de confinement, nous avons opté pour le télétravail pour l’ensemble des membres de notre personnel, ce qui nous a permis d’avoir une activité normale tant pour nos auteurs que pour livrer les lecteurs nombreux qui nous font confiance et qui nous ont commandé des ouvrages par internet.
Le gouvernement vient d’annoncer l’assouplissement des mesures strictes qui étaient en place et le début du déconfinement en fonction de contraintes locales, et ce dans le respect de règles précises.
Pour notre part, nous avons pris la décision, pour la sécurité de l’ensemble des personnels de nos équipes du Lys Bleu Éditions de maintenir le télétravail. Cela permettra de continuer à protéger chacun des risques liés aux transports en commun pour se rendre sur le lieu de travail et également d’éviter des contacts inappropriés. Cette mesure s’applique pour un minimum d’un mois à partir de la date de déconfinement officiel.
En fonction de l’évolution des mesures gouvernementale et de celles de la lutte contre le covid-19, nous adapterons ces mesures.

Toute l’équipe du Lys Bleu Éditions reste mobilisée et bien sûr à l’écoute de l’ensemble de nos auteurs et des lecteurs par e-mail durant toute cette période.
Comme c’était le cas durant ces deux mois, nous assurons l’ensemble de nos commandes, parfois avec un léger retard, les transporteurs étant confrontés à une baisse de leurs effectifs et à de nombreuses restrictions.
Le Lys Bleu Éditions est une maison d’édition généraliste fondée en 2017 qui propose des ouvrages de littérature de l’imaginaire (romans, nouvelles, poésies). La maison est associée à Sodis pour la distribution de ses livres au format broché et à Primento pour celle des livres numériques.

La culture est essentielle à une société dynamique qui veut développer le bien-être de sa population et son rayonnement. Les éditeurs de livres y apportent leur part au travers de la publication des meilleurs textes qui leur sont proposés et tentent ainsi d’aider au développement personnel de chacun.

La situation que les maisons d’édition traversent depuis deux mois a pourtant freiné leur engagement en nous interdisant la vente des livres que nous produisons tous pour le compte de nos auteurs. Librairies indépendantes et grandes surfaces de la culture fermées et activités des plateformes de ventes de livres en ligne réduites puis mises à l’arrêt sont les conséquences du virus qui nous touche.

Les petites et moyennes maisons d’édition ne vivent, souvent chichement, que de la vente de livres aussi sont-elles à l’arrêt quasi-total depuis le 17 mars les mettant dans une situation précaire voire dangereuse pour leur pérennité.

Mais au-delà de la santé économique de nos maisons c’est celle de la chaîne du livre qui a été mise à mal : les librairies ont été obligées de fermer leurs portes et les auteurs ne percevront pas de droits sur des ventes perdues à jamais, car ce n’est pas au prétexte de n’avoir pas pu lire durant un temps qu’on lira plus par la suite et aucun rattrapage conséquent des ventes n’est malheureusement réellement à envisager.

LES ANNONCES

Notre ministre de tutelle a annoncé le 6 mai dernier un plan d’aide à l’audiovisuel et aux métiers du spectacle et nous nous en sentons exclus car le ministre a évoqué celles qui seront apportées aux cinémas, aux productions de films pour la télévision ou pour le cinéma, le soutien aux intermittents, mais ce plan ne s’intéresse nullement à la littérature qui cependant fait partie intégrante de la culture et ne peut en être le parent pauvre.

POURQUOI UNE AIDE ?

La chaîne du livre concerne un nombre très large d’acteurs, qu’il s’agisse des auteurs qui ne vivent que très rarement confortablement de leurs œuvres, des maisons d’édition, des correcteurs, des traducteurs, des imprimeurs, des diffuseurs et distributeurs, des libraires ô combien importants pour créer le lien avec la population, des grandes enseignes de la culture, des transporteurs, etc.

Le livre est essentiel, aussi nous vous demandons un plan d’urgence pour les éditeurs et les libraires qui n’ont de cesse de promouvoir la littérature et la lecture à l’intérieur de nos frontières et à l’international. Sans une décision rapide et forte, nous craignons que de nombreux confrères ne doivent stopper leur activité, que les libraires les moins résistants ne puissent faire face à ce cruel manque à gagner et que les auteurs ne puissent poursuivre leur apport culturel devant se consacrer à des activités professionnelles rémunérées.

QUE DEMANDONS-NOUS ?

L’aide qui doit être apportée peut prendre la forme de subventions, naturellement, qui remplaceraient en partie les pertes que nous enregistrons tous mais aussi celle de suppression ou d’allégement de charges pour les auteurs, pour les éditeurs et pour les libraires. Et ne serait-il pas temps de réduire les frais postaux d’envoi des livres au cœur du pays phare de la culture.

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE ?

Aidez le monde du livre et accompagnez-nous dans notre démarche en signant cette pétition qui sera remise à l’exécutif par envoi au Président de la République, au Premier Ministre, au Ministre de la Culture et à l’ensemble des députés. Que vous soyez auteur, éditeur, imprimeur ou libraire, votre voix est importante et compte.

Signez et partagez le plus largement possible !

Disponibles pour les libraires français sur la plateforme Dilicom et gérés par la Sodis, les ouvrages du Lys Bleu Éditions sont disponibles sur les territoires français et belge depuis des années.
Depuis le mois de février 2020, tous les titres publiés par notre maison sont désormais disponibles à l’international dans les pays et régions suivants : États-Unis, Canada, Australie, Afrique Francophone.

Qu’est-ce que cela implique ?

Nous ne cherchons pas à publier de la littérature traduite, nous sommes éditeurs français et nous défendons la littérature française.
Ces nouvelles destinations pour nos titres sont la résultante d’accords commerciaux passés avec des distributeurs et diffuseurs locaux qui ont la responsabilité de l’impression et de la diffusion de nos ouvrages dans les différentes zones concernées. Ils ont également en charge la responsabilité de produire les livres dans les normes locales.
Les lecteurs francophones dans toutes ces zones géographiques ont donc la possibilité d’acquérir nos ouvrages, une bonne nouvelle pour nos auteurs et pour nos lecteurs.

83, Avenue d'Italie, 75013 Paris
01 76 50 38 88