Rien de tel

déjanté élucubrations liberté Réflexions rêves

À l’heure où l’humanité craint de plus en plus la perte de sa liberté, Isabelle Sprung alias Zaza vide son sac et vous dit ce qu’elle a sur le cœur, sa colère, même si elle a le cœur sur la main.

Vous la surprendrez, plongée dans ses pensées confinées dans sa tête ou dans son appartement, qui lui évoquent des souvenirs et des réflexions sur les phénomènes de notre société, la perte de lien social, la place grandissante des nouvelles technologies, en compagnie de sa chatte.

11.50

Effacer
Détails
Nombre de pages
64
Dimensions
14,8cm × 21,0cm

 

Isabelle Sprung

On dit de moi que je suis une originale, ou un être un peu bizarre.

Ce à quoi je réponds : « Pour ma part, ce sont les autres que je trouve étranges ».

C’est vrai que je ne supporte pas le soleil qui tape sur ma peau de blonde, la chaleur, le bruit, je me sens oppressée si on m’approche de trop près. Imaginez le calvaire que représente pour moi un trajet dans le métro parisien aux heures de pointe, surtout sur la ligne 13. Je préfère prendre le vélo mais, de nos jours, les trottinettes qui arrivent en trombe sur les pistes cyclables me gâchent le plaisir.

On dit de moi que je suis autoritaire. On le dit aussi d’Ariane Mnouchkine.

J’aime apprendre, j’aime me promener, j’aimerais connaître un jour le véritable amour, sans avoir peur, sans souffrir mille morts quand ça s’arrête, car finalement, ça finit toujours par s’arrêter.

En attendant, je caresse ma chatte en rêvant.

 

  • Déjanté
  • Élucubrations
  • Liberté
  • Réflexions
  • Rêves

Vous aimerez également

« L’amour n’a pas de temps ni d’espace. Il est l’union de deux êtres dont les âmes se sont reconnues. La mort elle-même ne pouvant les séparer, Elles s’étreignent au-delà de l’éternité. Pour toujours unies l’une à l’autre, Elles ne forment plus qu’un seul être, À tout jamais et au-delà des stèles. »
Les maux de Tara
12.00
« Vogue du regard dans un berceau meurtri Tant d’années éclairées pour un morceau d’abîme Frissonnant au coin des lumières de jadis Je plonge ma main dans un azur d’étoiles Rouges et vertes, immenses dans leurs robes éclatées Elles donnent aux cœurs des vivants le calme de l’aurore Ô bleu de mon innocence, je te garde pour l’éternité. »
Fracas du couchant
13.50
Les contes de la fougère regroupe six histoires fantastiques qui nous emmènent au cœur d’une nature surprenante et insoupçonnée. Ces récits mettent en avant des personnages, des lieux chargés de magie et emprunts d’une autre réalité.
Les contes de la fougère - « Mystères de Corrèze »
11.70
« Étincelle de mystères, Me ronge à tort et à travers, Mais il n’y a rien de plus sincère, Que notre amour éphémère, Semblant d’une guerre, Me faisant parcourir l’univers, Doté d’un certain caractère, Qui se vaudra nucléaire. Que j’aime notre atmosphère, Envolons-nous vers Jupiter, Ma chair. »
Aphorisme
12.00
« Moi je ne suis qu’un homme croyant à l’indulgence Et je ne regrette pas de t’avoir dans ma manche Même s’il faut payer chers, mes mots et mes croyances Je crierai mes envies au monde de la chance ». « Les fantômes sont partis, ils fuient la saison morte Alors je me suis assis pour attendre que tu sortes Le vent aigri se rue, à l’assaut de ta porte Mais tu n’es pas ...
La vie n’est pas un long poème tranquille…
19.20
Une voix, une nuit retrace le parcours d’une expérience d’écriture poétique. Face aux crises majeures qui défient nos sociétés, Marie-Madeleine Boursaly choisit de s’engager dans une recherche artistique. Après Les oubliés, histoires de solitudes, recueil de nouvelles paru en 2018 et Le passe muraille, roman épistolaire publié en 2019, elle exprime dans cet ouvrage son ...
Une voix, une nuit
11.70
Lui, est un ancien chanteur un peu ringard des années 70. Elle, jeune fille de 18 ans, est serveuse le jour et chanteuse les soirs de bal. Dans ses bras, il veut goûter à nouveau aux délices de l’amour. Grâce à elle, il souhaite connaître la gloire par procuration, comme un Pygmalion des temps nouveaux, comme une comédie musicale, avec des relents de rumba…
Elle venait d’avoir 18 ans
14.80
« L’âme joue un son mélodieux que j’écoute. L’âme m’inspire ces mots que j’écris. L’âme se pare de mille couleurs que je peins. La gouache de l’âme est, une nouvelle fois, la libération d’un inconscient furtif construit sur une vie pleine de sentiments, de rires et de désirs. Ces textes s’enchaînent dans un tintamarre de réflexions profondes et de futiles ...
La gouache de l'âme
12.40
Par l’intermédiaire des portraits des artistes de son panthéon tels que Modigliani, Céline, Basquiat, Kahlo et bien d’autres, Carl Bowazolo se raconte en évoquant Hochelaga. Arrondissement de Montréal, au Canada, cet endroit fut le lieu de son exil boréal du temps de son épreuve doctorale.
Hochelaga
11.70
Paris, le 8 juillet 1998. Avertie, par un appel anonyme, qu’une femme se fait frapper, la police intervient rue Boyer Barret, chez Véronique Beauséjour, élève avocate et fille d’un ancien secrétaire d'État auprès des victimes. Elle gît à même le sol, mortellement blessée, une plaie à la tempe. À ses côtés, affalé sur un canapé, ivre et endormi, se trouve José, son ...
Du sang sur la robe
20.70
1 2 3 355