Lidji, celle qui a renoncé

amour humiliation princesse romance trahison

Elle fut princesse du plus puissant empire. Générale, elle commandait des armées, et volait de victoires en victoires. Amirale, elle voguait sur des flots prometteurs. Guerrière conquérante, elle se forgea son propre royaume. Elle devint même la Laohen, la souveraine du monde.
Elle aimait et se croyait aimée en retour. L’amour peut supporter la disparition de l’être cher. Mais, il ne s’accommode pas de la trahison. Elle avait été manipulée, bafouée, humiliée par celle qui fut son amante de cœur. Après l’avoir séduite, pervertie, elle la trahissait de la façon la plus ignoble.
Avant de passer la porte, elle se retourna une dernière fois sur le monde qu’elle avait connu. Une fois le seuil franchi, elle deviendrait Lidji, Celle qui a renoncé.

19.90

Effacer
Détails
Nombre de pages
304
Dimensions
14,8cm × 21,0cm

Bruno BENATTAR né en 1951 poursuite des études de sciences économiques et de sociologie. Fortement influencé par les mouvements sociaux de mai 1968, il milite activement dans des mouvements pacifistes tout en s’initiant aux arts martiaux, qu’il pratique encore aujourd’hui. Refusant de s’intégrer immédiatement dans la vie professionnelle, il voyage et visite le monde y pratiquant divers emplois. Pendant la trentaine d’années suivante, il travaille comme consultant en droit social et publie de nombreux articles et ouvrages spécialisés.

 

 

 

 

Vous aimerez également

Pas très compliqué, pour une Honorable Lady écossaise, d’assassiner cette jolie Coréenne, en période de confinement. By Jove, nous l’avions choisie, pour participer à ce Banquet asiatique. Pas question de me faire aider par Annabella, d’autant qu’elle entend se présenter à L’Isle-sur-la-Sorgue, sur une liste municipale d’opposition. La pauvre ! Seule Jenny va m’assister. Il ...
Banquet asiatique : Invitations ciblées sur l’Isle
18.50
Tuer quelqu’un, c’est comme braquer une banque. D’abord, tu places poliment une arme sous le nez des employés. Après, tu sors calmement avec l’argent. Puis, tu salues aimablement au passage les gendarmes. Ensuite, tu rentres tranquillement chez toi, sans qu’aucune liasse ne t’explose au visage en maculant ton butin d’un produit indélébile. Puis, tu franchis élégamment la ...
Apéritif bleu marine
18.10
Quand Corben, un de mes amis aïkidoka à l’Isle sur la Sorgue, a été retrouvé mort vêtu de son keïko-ji et de son hakama, les deux carotides tranchées et un tantô dans le cœur, au milieu d’un champ de basilic, cela m’a vraiment mis en vrac. De surcroît, Ambre, son amie, a également disparu. Comme, aucun des deux ne possède ni identité ni existence légale, la police n’a rien ...
Ouragan sur la mémoire
20.30
Est-il un Dieu qui rêve qu’il est délégué syndical ou un délégué syndical qui rêve qu’il est Dieu ? Est-il le Dieu démiurge de Pekigniane qu’il s’évertue de créer ? N’est-il pas plutôt un homme, qui un soir de beuverie, à la suite de circonstances particulières, se trouve parachuté dans une aventure qu’il ne maîtrise pas et à laquelle il ne comprend ...
Seth : le Bobun
19.00
À l’origine, j’ai été conçue pour dispenser du plaisir, pourtant celle que j’ai surnommée Kitty est terrorisée. Qui ne le serait pas ? Je lui ai promis de croquer son cœur juteux. Que voulez-vous ? je suis une Shamblô assoiffée de sang. Il est dans ma nature de vampire de me nourrir du liquide délicieux, si chaud, si goûteux et si suave de mes proies. Mais avant, ce qu’elle ...
Asylie, la Cruelle : Pirate et Vampire
24.90
« L’amour n’a pas de temps ni d’espace. Il est l’union de deux êtres dont les âmes se sont reconnues. La mort elle-même ne pouvant les séparer, Elles s’étreignent au-delà de l’éternité. Pour toujours unies l’une à l’autre, Elles ne forment plus qu’un seul être, À tout jamais et au-delà des stèles. »
Les maux de Tara
12.00
« Vogue du regard dans un berceau meurtri Tant d’années éclairées pour un morceau d’abîme Frissonnant au coin des lumières de jadis Je plonge ma main dans un azur d’étoiles Rouges et vertes, immenses dans leurs robes éclatées Elles donnent aux cœurs des vivants le calme de l’aurore Ô bleu de mon innocence, je te garde pour l’éternité. »
Fracas du couchant
13.50
Les contes de la fougère regroupe six histoires fantastiques qui nous emmènent au cœur d’une nature surprenante et insoupçonnée. Ces récits mettent en avant des personnages, des lieux chargés de magie et emprunts d’une autre réalité.
Les contes de la fougère - « Mystères de Corrèze »
11.70
« Étincelle de mystères, Me ronge à tort et à travers, Mais il n’y a rien de plus sincère, Que notre amour éphémère, Semblant d’une guerre, Me faisant parcourir l’univers, Doté d’un certain caractère, Qui se vaudra nucléaire. Que j’aime notre atmosphère, Envolons-nous vers Jupiter, Ma chair. »
Aphorisme
12.00
« Moi je ne suis qu’un homme croyant à l’indulgence Et je ne regrette pas de t’avoir dans ma manche Même s’il faut payer chers, mes mots et mes croyances Je crierai mes envies au monde de la chance ». « Les fantômes sont partis, ils fuient la saison morte Alors je me suis assis pour attendre que tu sortes Le vent aigri se rue, à l’assaut de ta porte Mais tu n’es pas ...
La vie n’est pas un long poème tranquille…
19.20
Une voix, une nuit retrace le parcours d’une expérience d’écriture poétique. Face aux crises majeures qui défient nos sociétés, Marie-Madeleine Boursaly choisit de s’engager dans une recherche artistique. Après Les oubliés, histoires de solitudes, recueil de nouvelles paru en 2018 et Le passe muraille, roman épistolaire publié en 2019, elle exprime dans cet ouvrage son ...
Une voix, une nuit
11.70
Lui, est un ancien chanteur un peu ringard des années 70. Elle, jeune fille de 18 ans, est serveuse le jour et chanteuse les soirs de bal. Dans ses bras, il veut goûter à nouveau aux délices de l’amour. Grâce à elle, il souhaite connaître la gloire par procuration, comme un Pygmalion des temps nouveaux, comme une comédie musicale, avec des relents de rumba…
Elle venait d’avoir 18 ans
14.80
« L’âme joue un son mélodieux que j’écoute. L’âme m’inspire ces mots que j’écris. L’âme se pare de mille couleurs que je peins. La gouache de l’âme est, une nouvelle fois, la libération d’un inconscient furtif construit sur une vie pleine de sentiments, de rires et de désirs. Ces textes s’enchaînent dans un tintamarre de réflexions profondes et de futiles ...
La gouache de l'âme
12.40
Par l’intermédiaire des portraits des artistes de son panthéon tels que Modigliani, Céline, Basquiat, Kahlo et bien d’autres, Carl Bowazolo se raconte en évoquant Hochelaga. Arrondissement de Montréal, au Canada, cet endroit fut le lieu de son exil boréal du temps de son épreuve doctorale.
Hochelaga
11.70
Paris, le 8 juillet 1998. Avertie, par un appel anonyme, qu’une femme se fait frapper, la police intervient rue Boyer Barret, chez Véronique Beauséjour, élève avocate et fille d’un ancien secrétaire d'État auprès des victimes. Elle gît à même le sol, mortellement blessée, une plaie à la tempe. À ses côtés, affalé sur un canapé, ivre et endormi, se trouve José, son ...
Du sang sur la robe
20.70
1 2 3 355